SEARCH

edit SideBar

Justice for Jeremiah Press Releases

<< BACK TO JEREMIAH DUGGAN PAGE

Coroner’s Narrative Verdict after the Inquest. 21st May 2015.

On the 27th March 2003 in the early hours of the morning Jeremiah Joseph Duggan, who had been attending a conference run by a far-right wing organization, was staying with a friend in Wiesbaden with a family. Having spoken to his girlfriend and mother in alarming terms Mr Duggan having asked to leave the house for a cigarette accompanied by the friend suddenly ran from the house. The friend who was with him did not follow him. At about 6 am the same Jeremiah Joseph Duggan received fatal injuries following a collision with 2 cars on the on the Berliner Strasse and died in a road traffic collision. The fact that he attended a conference run by this far-right wing organization and the method that the organization used to recruit young persons at that time against the background of the start of the Iraq war together with Mr Duggan expressing that he was a Jew, British and questioning the material put before him may have had a bearing on Mr Duggan’s’ death in the sense that it may have put Mr Duggan at risk from members of the organization and caused Mr Duggan to become distressed and seek to leave. There are a number of unexplained injuries that suggest that Mr Duggan may have been involved in an altercation at some stage before his death.

Leigh Day's Statement just after the verdict went out. 21st May 2015

On behalf of the family of Jeremiah Duggan, we wish to express our gratitude to the Coroner for his significant findings, namely that :

1) Before his death, Jerry was present at a conference run by a far right wing organisation
2) that the fact that he revealed that he was jewish, british, and questionned the anti-British and anti-Semitic ideology may have been a factor in his death and put him at risk from those in the organisation; and
3) that he became distressed and sought to leave the conference;
4) that he sustained injuries in a possible altercation prior to his death.

We are disappointed that in the face of 6 separate British and European independent experts covering the fields of pathology and forensic analysis, the Coroner preferred the disputed evidence relied upon by the German authorities.

The pressure should now be put upon the German authorities to ensure this powerful and dramatic narrative verdict leads to deeper investigation in the country where Jeremiah was killed, including the role played of the la Rouche organisation.

We hope Jeremiah's legacy will be that the strong message that such extremist organisations exist which target univerisity students for recruitment has been heard so that the dangers they pose can be avoided.

I'd like to express my thanks for my legal team, Merry Varney, Anthony Metzer QC, and Aron Rollin, and my family and friends who have supported me throughout.

Erica Duggan’s Additional Statement 25th May.2015.

In reviewing the statement made by the Coroner last week I would like to draw attention to the following disputed facts:

Jeremiah was not with any friend in the early hours before his death. This is confirmed by the German Higher Court ruling in 2012, who labeled this person as a suspect. This person named in the Inquest Hearing was a follower of the mentioned Organization. The reason he can never have been a friend was that on the morning of the death he fled the town with others in a car making his way to Berlin. They were told to return to speak to the police. He then misled the police by stating that Jeremiah was a mental patient of the Tavistock clinic with a history of suicide. He also fled the country on the arrival of the family and to this day has never spoken to the family. Even now he refuses to give information to the French police who are investigating the death for the Germany authorities. So paragraph one of the coroner is wrong because in every way this person was a suspect and no friend.

The Coroner gave instructions during the Preliminary Hearings that he would not be investigating the police investigation nor the activities of the LaRouche organization. In 2003 there was no investigation as the German police assumed it was suicide and believed the words of the people from the Organization and disregarded the mothers information about the last phone call she had received from Jeremiah alerting her to the fact that his life was under threat and naming of the French branch of the Organization.

At the inquest the pathologist whom I met and who told me my son had been beaten to death and not run over or hit by any cars could not be found to come to the Court. The Coroner accepted that this pathologist expressed this information to me but that the kind of post mortem he carried out may not have been aimed to establish how the head injuries were sustained.

In 2010 the German Higher Court verdict stated that there had been a failure by the Wiesbaden authorities to investigate. Their instructions were to open the case and carry out an independent enquiry with expediency. Regrettably the authorities re-appointed the very same policeman Inspector Schaecher who had been in charge of the 2003 closure of the case and destruction of evidence.

For twelve years I have worked through the law in both countries to try and get a proper investigation. The inquest has sent out a clear message that foul play may be involved so it now rests with the German authorities to dismiss the very Police inspector who was responsible for earlier failures and to for the first time carry out a proper and full investigation, ensuring that all leads are followed in France where the people last with Jeremiah reside.

Justice delayed is Justice denied and twelve years on we are still asking: “Will there be Justice for Jeremiah?”

text in French:

'Narrative Verdict' 1 du 'coroner' 2 après l'enquête.

21 mai 2015.

Le 27 Mars 2003 dans les premières heures de la matinée Jeremiah Joseph Duggan, qui avait assisté à une conférence dirigée par une organisation d'extrême-droite, était hébergé chez un ami avec une famille à Wiesbaden. Après avoir parlé à sa petite amie et sa mère en termes alarmants M. Duggan ayant demandé de quitter la maison pour une cigarette en compagnie d’un ami s’est soudainement encouru de la maison. L'ami qui était avec lui ne l'a pas suivi. Àux environs de 6 heures du matin ce nommé Jeremiah Joseph Duggan a encouru des blessures mortelles suite à une collision avec deux voitures sur la Berliner Strasse et mourut suite à un accident de circulation routière. Le fait qu'il a participé à une conférence tenue par cette organisation d'extrême-droite et la méthode que l'organisation a utilisée pour recruter de jeunes personnes à cette époque dans le contexte du début de la guerre en Irak combiné avec le fait que M. Duggan a exprimé le fait qu'il était Juif, britannique et mettait en doute les informations qui lui étaient présentées, peuvent avoir eu une incidence sur la mort de M. Duggan dans le sens où ceci a pu avoir placé M. Duggan sous risque avec des membres de l'organisation et causé M. Duggan d’être affecté et de demander de partir. Il y a un certain nombre de blessures inexpliquées qui suggèrent que M. Duggan a peut-être été impliqué dans une altercation à un certain moment avant sa mort.

Déclaration du cabinet d'avocats Leigh Day suite au 'verdict'.

21 mai 2015

Au nom de la famille de Jeremiah Duggan, nous tenons à exprimer notre gratitude au coroner pour ses résultats significatifs, à savoir que:

1) Avant sa mort, Jerry était présent à une conférence dirigée par une organisation d'extrême-droite
2) le fait qu’il a révélé être juif, britannique, et a remis en question l'idéologie antisémite anti-britannique ont peut-être été un facteur dans sa mort et l’ont mis en danger avec ceux de l'organisation;
3) qu'il était affecté et a cherché à quitter la conférence;
4) qu'il a subi des blessures lors d’une éventuelle altercation avant sa mort.

Nous sommes déçus que face à 6 experts indépendants britanniques et européens couvrant les domaines de la pathologie et de l'analyse médico-légale, le coroner a choisi la preuve contestée invoquée par les autorités allemandes.

La pression doit désormais être mise sur les autorités allemandes pour garantir à que ce verdict narratif puissant et dramatique conduise à une enquête plus profonde dans le pays où Jeremiah a été tué, y compris le rôle joué par l'organisation de LaRouche.

Nous espérons que l'héritage de Jeremiah sera le fort message comme quoi ces organisations extrémistes existent et ciblent les étudiants d’univerisité en vue de recrutement, que ce message a été entendu afin que les dangers qu'elles posent puissent être évités.

Je tiens à exprimer mes remerciements à mon équipe juridique, Merry Varney, Anthony Metzer QC, et Aron Rollin, et ma famille et les amis qui m’ont soutenu tout le long.

Déclaration additionelle d’Erica Duggan

25 Mai.2015.

En examinant la déclaration faite par le coroner la semaine dernière, je voudrais attirer l'attention sur les faits contestés suivants:

Jeremiah n’était pas avec un ami lors les premières heures précédant sa mort. Ceci est confirmé par la décision de la Cour supérieure allemande en 2012, qui a qualifié cette personne comme un suspect. Cette personne nommée lors de l'audience d’enquête était un adepte de l'Organisation mentionnée. La raison pour laquelle il ne peut jamais avoir été un ami était que le matin de la mort, il a fui la ville avec d’autres adeptes dans une voiture en route pour Berlin. On lui a demandé de revenir pour parler à la police. Il a ensuite induit la police en erreur en affirmant que Jeremiah était un malade mental avec antécédents suicidaire à la clinique Tavistock. Il a également fuit le pays suite à l'arrivée de la famille et à ce jour ne lui a jamais parlé. Encore maintenant, il refuse de donner des informations à la police française qui enquête sur la mort pour les autorités allemandes. Donc, l'alinéa premier du verdict du coroner est incorrect parce que de toutes manières cette personne était un suspect et non pas un ami.

Le coroner a donné des instructions au cours des audiences préliminaires comme quoi il n’enquêterait ni sur l'enquête policiaire, ni sur les activités de l'organisation de LaRouche. En 2003, il n'y avait aucune enquête puisque la police allemande a considéré qu'il s’agissait d’un suicide et a cru les paroles des members de l'Organisation et a ignoré l’information de la mère sur le dernier coup de téléphone de Jeremiah qu'elle avait reçu lui alertant sur le fait que sa vie était en danger et nommant la branche française de l'Organisation.

Lors de l'enquête, le médecin pathologiste que j’ai rencontré et qui m'a dit que mon fils avait été battu à mort et non pas renversé ou écrasé par des voitures, n'a pu être retrouvé pour venir à la Cour. Le coroner a accepté que ce pathologiste a exprimé cette information pour moi, mais que ce genre d'autopsie qu’il a effectuée ne pouvait pas viser à établir comment les blessures à la tête ont été commises.

En 2010, le verdict de la Cour supérieure allemande a déclaré qu'il y avait eu un échec dans l’enquête des autorités de Wiesbaden. Son instruction était de réouvrir l’affaire et de procéder avec digiliance à une enquête indépendante. Malheureusement les autorités ont re-nommé le même policier inspecteur Schaecher qui avait été en charge de la fermeture de l'affaire et de la destruction de preuves en 2003.

Depuis douze ans, j’ai travaillé par voie de la loi des deux pays pour essayer d'obtenir une véritable enquête. L'enquête (inquest du coroner) a envoyé un message clair comme quoi un acte criminel a pu avoir lieu de sorte que les autorités allemandes maintenant sont attendues de démissioner le même inspecteur de police qui était responsable des défaillances précédentes et que pour la première fois de mener une enquête complète et adéquate, pour s’assurer ce que toutes les pistes soient suivies en France où les dernières personnes en compagnie de Jeremiah résident.

Justice différée est justice refusée et douze ans plus tard nous nous demandons toujours: "Y aura-t-il Justice pour Jeremiah?"

Notes:

1. 'narrative verdict': Un “verdict narrative” est un verdict à la disposition des coroners en Angleterre et au Pays de Galles après une enquête. Dans un tel verdict les circonstances d'un décès sont enregistrés sans attribuer la cause à une personne nommée. Les “verdicts narratifs” ont été introduits en 2004. (en.wikipedia.org)

2. Dans les pays anglo-saxons, le 'coroner' est un officier de police judiciaire chargé d'enquêter sur les décès par mort violente ou par accident (source: larousse.fr).

Edit - History - Print - Recent Changes - Search
Page last modified on May 27, 2015, at 08:53 AM